Comprendre les scores d’optimisation seo (soseo) et de danger seo (dseo) de yourtext.guru

Si vous utilisez activement l’outil de vérification de yourtext.guru, vous avez du apercevoir que deux scores y étaient récemment apparus (depuis le week-end du 20 mai 2018).

Nous avons effectivement remplacé l’ancien score d’optimisation par deux nouveaux scores, de façon à rendre mieux compte du niveau d’optimisation seo tout en donnant une information de dangerosité plus évidente à appréhender.

Ainsi, l’outil de vérification propose maintenant 3 choses particulièrement intéressantes :

  • une courbe indiquant le niveau d’optimisation terme à terme pour les 50 termes considérés comme les plus importants. Cette courbe n’a subi aucun changement, vous pouvez continuer à l’utiliser comme auparavant.
  • un score d’optimisation seo (soseo) : c’est une valeur située dans une fourchette de 0% à 300%.
    0% indique que les optimisations sont pour le moins inexistantes.
    100% indique que le texte est déjà bien optimisé, mais globalement respectueux.
    Au dessus de 100%, on a des textes qui poussent l’optimisation encore plus loin.
    Nous avons posé une limite à 300% car si l’on peut toujours pousser davantage un texte sur son aspect seo, il faut surtout garder en tête le danger d’en faire trop (keyword stuffing mon ami).
  • un score de danger seo (dseo) : c’est une valeur située en 0% et 200%. Plus elle est élevée, plus on considère que le texte risque d’être vu comme un texte spammy.

Quelles sont les valeurs idéales à atteindre ?

Il n’y a pas de valeurs idéales à atteindre. En effet, ce que l’on cherche s’est à améliorer son classement. On veut donc être devant quelqu’un d’autre. Il faut alors étudier le niveau d’optimisation des concurrents, et en déduire les valeurs qu’il vous faut pour être devant.
Si le concurrent principal a un soseo de 10% et un dseo de 0%, peut-être qu’avec une très légère optimisation (20% ?) vous aurez une bonne efficacité.
Mais si tous les concurrents de la serps sont à 10% et que vous optimisez votre texte à 150%, que risque-t-il de se passer ?

Ainsi, en fonction des requêtes, il est avisé de ne pas cibler toujours les mêmes valeurs de soseo et de dseo.

De même, l’optimisation sémantique, si on sait que c’est un critère influent, n’est pas le seul critère lié au classement. Si les concurrents ont des optimisations sémantiques faibles mais de gros backlinks, il faudra s’adapter :

  • vous avez aussi de gros backlinks ? Essayez de les battre sur la sémantique, faites mieux qu’eux, simplement.
  • vous avez de petits backlinks ? Faites de l’acquisition de liens en priorité (la force de la popularité est pour beaucoup de requêtes bien plus importante que la force de la sémantique). Ou alors, essayez de pousser largement plus l’aspect sémantique que les concurrents. Peut-être arriverez-vous à contrebalancer en étant plus complet, plus raffiné, plus optimisé ?

Des exemples valent mieux que de longs discours

Voici quelques exemples d’optimisations vus par l’outil d’analyse de l’optimisation seo de yourtext.guru.

C’est royal !

Voici un premier exemple, assez typique de ce que l’on peut trouver dans la presse : les mots importants sont plutôt bien couverts, sans optimisation forcenée pour chaque mot indépendamment. La courbe est décroissante car le coeur de l’information est plus couverte que les parties annexes (les mots les plus à gauche de la courbe sont les plus importants pour la requête. Plus on va sur la droite, moins les mots ont d’importance pour l’optimisation seo).

Il n’y a pas de danger particulier (dseo faible), et l’optimisation est plutôt bonne.

Quand on optimise

Là, on est sur un cas de figure où l’on sent bien qu’un·e professionnel·le est passé·e dans le coin pour optimiser le contenu. Les 50 mots les plus importants pour la requête sont présents sur la page. Ils sont globalement tous poussés assez fortement. L’optimisation SEO est haute (147%) et le danger seo bien que réel est managé de façon réfléchie en évitant de monter trop souvent les termes dans les zones rouges.

Pour une requête un peu concurrentielle, sur laquelle on ne peut pas espérer se positionner sans prendre quelques risques, cela peut avoir de l’effet.

Ce qu’on trouve (trop) souvent
Maintenant, on est sur du texte peu travaillé en terme de seo. C’est le cas typique de l’article d’actualité qui a du paraître rapidement et dans lequel le nombre de mots est réduit ainsi que la portée de l’information ou la mise en perspective.

On a peu à attendre d’un tel contenu en terme seo à moins que la concurrence soit du même acabit. Pourtant, dans cette exemple, c’est une page qui se classe plutôt bien… grâce à un site qui possède des backlinks qui en rendraient beaucoup jaloux.

33% en soseo ce n’est pas non plus honteux, mais il manque tellement de vocabulaire utile qu’on pourrait placer sans augmenter énormément le dseo que c’est dommage de ne pas en avoir fait plus.


Rappelez-moi pourquoi vous n’avez pas conservé l’ancien score ?

L’idée du score est de proposer un indicateur qui résume la courbe d’optimisation terme à terme. Car bien sûr, si vous pouvez choisir, mieux vaut regarder la courbe qui en dira toujours plus long que le score.

Mais il existe des cas où l’on a besoin de comparer de nombreux textes ou d’avoir un aperçu très rapide de l’optimisation seo. Et dans ces cas là, le score est très utile.

Mais l’ancien score avait le gros, l’énorme défaut d’être sans limite. C’est à dire qu’en ajoutant de plus en plus un terme à un même texte, le score montait. L’optimisation seo pouvait paraître extrêmement forte alors qu’il n’y avait qu’un seul mot répété pour tout texte.
De plus, en faisant ainsi, on était largement dans la suroptimisation, chose que l’on ne pouvait voir que grâce au graphe.

Dès lors, l’ancien score n’était pas très praticable, sauf pour ceux qui gardaient aussi la courbe sous les yeux.

Avoir une limite haute et séparer l’optimisation seo du danger seo était donc indispensable et urgent.