4. Qu’est-ce que le guide premium et l’outil d’analyse de l’optimisation sémantique ?

Yourtext.guru propose des guides pour aider à optimiser des textes pour le web. Un guide est dit “premium”. Pourquoi a-t-on attaché cet adjectif de qualité et dans quel cas faut-il utiliser un guide premium ?

Table des matières

1.Pourquoi utiliser un outil d’aide à la rédaction web ?
2. L’idée de la compréhension sémantique par le moteur
3. Comment fonctionne yourtext.guru ?
4. Qu’est-ce que le guide premium et l’outil d’analyse de l’optimisation sémantique ?
5. Pourquoi et comment se comparer à la concurrence ?
6. BONUS : Comment fabriquer un cocon sémantique avec yourtext.guru ?

Le guide premium est un guide fait pour tous ceux qui souhaitent rédiger en pensant fortement à la qualité, mais en allant plus vite et on optimisant la sémantique pour les moteurs de recherche.

Le guide premium propose :

  • une liste de mots à utiliser, classés par importance (pour chaque groupe de mots, plus un mot est gros et placé en haut, plus il est important. Si on prend le guide premium en illustration, on peut dire que le mot “stratégie” est plus important que le mot “contenu” et que le mot “entreprise”.
  • Il y a 4 groupes au total. On trouve d’abord les top termes par association de 1 mot, 2 mots et finalement 3 mots. L’intérêt des associations de 2 et 3 mots est de trouver facilement quels sont les mots qui vont bien ensemble. Par exemple, on avait le mot “marketing” dans le groupe des 1 mot. On se rend compte en consultant le groupe de 2 mots, que ce marketing est surtout du “marketing web”, du “web marketing” et du “marketing digital”.
    Le dernier groupe est intitulé “entités nommées”. Il s’agit des noms propres que des algorithmes de machine learning ont réussi à détecter dans les contenus web. Ces mots ont une particularité : ils ancrent les sujets dans le “pratique” en citant des personnes, des services, des organisations, des lieux, etc.
  • un outil pour confirmer que l’on utilise bien le guide. Nous en parlerons un peu plus tard dans ce billet.

Ainsi, le guide premium est fait pour permettre à un rédacteur, un journaliste, d’écrire plus vite en sachant dès le départ le genre de mots et de sujets que le moteur de recherche s’attend à voir traiter — et par extension, que l’internaute sera heureux de découvrir.

On utilise le guide en suivant la recommandation de mots qu’il affiche.

C’est un bon moyen de s’assurer d’une optimisation SEO d’un certain niveau, et de trouver des sujets connexes, grâce aux associations de mots. Par exemple, il semblerait bien que dans une stratégie webmarketing, il est souvent question de Google Adwords et de référencement naturel. Si on n’avait pas pensé à en parler, cela ouvre de nouveaux horizons, ce qui permet de faire plus simplement un article très complet.

Un outil d’analyse de l’optimisation sémantique

Cependant, il est parfois difficile de suivre un guide. On a souvent envie de ne pas utiliser, volontairement, une partie de mots proposés. Et on ne sait généralement pas trop s’il faut “forcer” énormément sur certains mots. Faut-il utiliser le mot “marketing” 5 fois dans le texte, 10 fois, 50 fois ? A quel moment c’est trop ?

Pour éviter l’incertitude, nous proposons un outil d’analyse de l’optimisation sémantique. Cet outil se base sur les statistiques que l’on a calculé lors de la génération du guide premium. Comme le guide est généré à un instant T, il reflète l’état de la serp à un moment donné, et à un moment donné seulement.
Afin que l’outil d’analyse de l’optimisation donne des résultats frais, il est indispensable que le guide soit frais. Nous avons donc décidé arbitrairement que les analyses ne pouvaient se lancer que durant 85 jours après la génération du guide premium. Après, il faut redemander un guide premium.
Si vous avez un abonnement illimité, c’est sans surcoût pour vous. Si vous utilisez des jetons, vous allez avoir besoin de planifier vos sessions de travail sur quelques semaines seulement pour éviter ce type de problème.

Ci-dessus, vous avez un aperçu de ce que donne en sortie l’outil d’analyse de l’optimisation sémantique.

> Pour bien comprendre le graphique et les scores vous pouvez consulter notre billet spécialisé

Je vais tout de même résumer ici l’essentiel :

  • on entre un texte dans l’outil d’analyse, ce qui permet d’afficher une courbe.
  • 4 zones indiquent le niveau d’optimisation. La courbe indique pour chaque terme son niveau d’optimisation. Par exemple, sur le graphique ci-dessus, “stratégie” est dans la zone orange, il est donc optimisé fortement. “internet” n’est dans aucune zone : le mot n’apparait pas dans le texte.
  • Plus un mot est à gauche, plus il est important pour la requête.
  • 2 scores permettent de donner un “résumé” de la courbe. Le SOSEO représente le niveau global d’optimisation du texte. C’est une valeur en 0 et 300%. Quand on dépasse les 100% c’est que déjà on a un très gros niveau d’optimisation, ça vaut le coup de vérifier que ce n’est pas trop par rapport à la concurrence. Le DSEO montre le danger, c’est à dire si l’on ne pousse pas trop l’optimisation sur certains termes, et donc représente le risque. C’est une valeur entre 0 et 200%.

Quel sont les bons niveaux d’optimisation, les bons scores à atteindre ?

Ca dépend. Réponse facile mais tellement lucide. Ce que l’on souhaite c’est être devant les concurrents de la serp. On pourrait vouloir ainsi avoir un score maximal partout.
Mais ce serait contreproductif. En réalité ce que l’on souhaite, c’est être devant. Il faut donc un score plus élevé que la concurrence. Mais pas énormément plus élevé. On en parle dans le billet : Pourquoi et comment se comparer à la concurrence ?

Cependant, il y a quelques faits à connaitre. En général :

  • les textes pauvres, incomplets, ont énormément de mots manquants et ont des niveaux d’optimisation faibles et un DSEO faible.
  • les textes suroptimisés ont tous les mots présents, et en grande quantité. Si le texte rédigé est très court, il faut se poser des questions. Si le texte est très long, alors c’est sans doute un texte encyclopédique.
  • Un texte optimisé SEO de bonne qualité, pour une requête “classique”, a des niveaux d’optimisation élevés sur les premiers termes (limite zone verte/orange voire rouge ponctuellement), puis pour les termes suivants le niveau baisse (bas du vert, voire bleu), et il manque une partie des mots.

> Pourquoi et comment se comparer à la concurrence ?